La magie du nombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La magie du nombre

Message par Admin le Mer 29 Oct - 21:09

La petite histoire de la grande Histoire

E.T. Bell nous a laissé un livre de référence sur l'histoire de La mathématique et son évolution depuis Pythagore son inventeur *. Attention, il faut savoir que cette matrice des sciences modernes n'aura que des rapports de voisinage avec l'algèbre et autres théories des nombres. Bien sûr, il s'agit plutôt d'une philosophie des mathématiques qui a été largement vulgarisée et même ausi galvaudée par divers magiciens colporteurs. Mais nous ne désignerons l'opprobe de personne puisque l'essentiel de la science du maître a traversé l'Histoire en ligne droite. L'on en vient même à se poser la question de savoir si ce n'est pas lui qui l'a écrite derrière l'écran de la réalité palpable. Nous savons que ce thaumaturge Grec qui avait fréquenté toutes les meilleurs écoles de son époque - Egypte, Chaldée, Phénicie - et eu les meilleurs enseignants - Thalès et Zarathoustra - affirmait aussi qu'il avait vécu plusieurs vies auparavant.

Qu'il soit encore là, caché quelquepart, procéderait d'une logique absolument imparable. Mais on a perdu sa trace après Métaponte. Et aujourd'hui plus encore qu'il y a vingt cinq siècles, nous réclamons des preuves tangibles ! ...
Celles qui sont faciles à comprendre. Passons.

Dans le premier chapitre du premier paragraphe de son ouvrage, l'auteur érudit autant qu'inspiré par la magie des nombres ressent le besoin d'affirmer que Pythagore " ne pouvait pressentir l'influence qu'il exercerait sur notre culture scientifique et technique ". Par mesure sans doute, car ceci reste un postulat : si Monsieur Pythagore a promulgué cet enseignement, il ne pouvait ne pas pressentir l'influence qu'il aurait sur les générations futures. Car alors il ne l'aurait pas fait. Pas de façon si déterminante.

De toute évidence il a cédé sur quelques superstitions populaires, pour mieux les orienter. Je pense que là se situe la véritable personnalité du maître. Les savants des bibliothèques ne semblent pas ressentir l'étincelle ravageuse du génie. Ainsi ils sont capables d'aligner et d'ordonner froidement les connaissances des autres, pour mieux nous permettre de les découvrir. À commencer par Euclide en passant par tous les mathématiciens, philosophes et prophètes jusqu'à nos jours. " toute chose est nombre " et le restera.
Ce qu'il fallait édicter.

En Orient, à la même époque, Lao Tseu écrivait : " Connaître c'est ne pas connaître, voilà l'excellence. Ne pas connaître, c'est connaître, voilà l'erreur. " Après avoir considéré les problèmes d'une théorie de la connaissance (épistémologie), il apparait qu'existe un chemin d'accès et un sens de lecture. La connaissance absolue existe donc, mais comme un vase sans contenant. Le raisonnement mathématique pur impliquerait une totale absence de sensations (Kant). Soit une désincarnation matinée de métempsychose : " être ou ne pas être " ... ? Celle-ci resterait donc hors d'une atteinte spécifiquement humaine, dans l'espace et dans le temps.
Ce qu'il fallait démontrer.

Cependant, après avoir ordonné leurs connaissances, les meilleurs disciples de Pythagore et de Lao Tseu se sont fondus dans le plus que normal. Ce fut la tradition hermétique. Le temps qu'il faudrait pour parvenir à l'état de 'surhumanité', à un monde meilleur, ne fut estimable qu'après quelques siècles de réflexions orientées. Simon le mage - pythagoricien éclairé - et Simon le Zélote - chrétien illuminé - ont illustrés le premier chapitre de cette histoire à double tranchant.

De leurs argumentation est née l'Eglise universelle (catholique) que nous connaissons aujourd'hui. Il convient d'avouer humblement que les Evangiles furent écris en Grèce et à Rome, bien après que Jesus se soit dérobé aux yeux des hommes. Que les miracles de l'illustre nazaréen ressemblent à s'y méprendre à ceux du mage de Crotone. - L'épisode de l'aigle en moins et remplacé par Lucifer lui-même ! - Hum. Enfin que les canons de l'Eglise catholique sont calqués sur les enseignements de la Grande Grèce, acquise aux préceptes de l'inneffable mathématicien.


N'oublions pas que les écrits qui nous sont parvenus demeurent les reflets d'une seule - ou un nombre restreint - des multiples facettes de l'Histoire véritable. La tradition orale n'avait pas disparue pour autant. Les lettrés sont connus pour ne transmettre que ce qui se révèle digne de leur personne ou de leur mandataires. De plus ils savent rester prudent (scripta manent/les écrits restent). La seule idée vraiment originale des chrétiens fut d'enseigner "La bonne nouvelle" d'une possible résurrection, à toutes les nations. Rien de moins. Soit en les hissant en force à la connaissance du monde ; soit en les accompagnant en se mettant au niveau des plus démunis. La stratégie employée était fort simple : Saint Pierre, nommé grand chef du troupeau organiserait les côté évident et caritatif. Pendant que l'autre disparaîtrait dans l'aventure invisible. Du cousu main. Oeuvre au blanc, oeuvre au noir, ni vu ni connu j't'embrouille !

Les divers schismes et ramifications de la grande tradition monothéiste antédiluvienne ne sont là que pour satisfaire un plus grand nombre de gens. Croire ou ne pas croire ce que d'autres racontent n'est qu'une affaire de bon sens et d'érudition. La religion est ici bien nommée. Et si les plus petites églises ou sectes recommencent à proliférer, c'est que l'enseignement officiel est distordu par des ignorant qui croient savoir ce qu'ils ont appris par coeur.
Ce qu'il ne faut jamais faire sans réfléchir.


On peut ainsi affirmer que l'homme global crée de toute pièce son environnement matériel et spirituel. En cela il est comparable au Dieu qu'il s'est forgé... Mais : " le Tao/Dieu qu'on peut saisir n'est pas le Tao/Dieu lui-même ". Il nous reste donc pour parachever notre phylum humain de parfaire les lois de convivialité qui permettront à chacun de vivre sa vie en harmonie avec les autres vivants. Sinon Bobo !

Et si demeure le doute. S'il reste légitime de le citer. Il ne faut pas oublier qu'il n'est qu'une autre hypothèse. Et lorsqu'on utilise les chiffres et les nombres (comme les lettres de l'alphabet et les notes de musique) il ne doit plus exister d'équivoque sur leur caractère sacré. Si quelques barbares en sont encore à se caler les poinçons dans le fondement, ils sont aussi les seuls à en souffrir.
Ostendemus hoc idem absurdum (Ce qui est tout aussi absurde !)


Ainsi, il y a deux mille ans que le premier millième de seconde pour calculer la course des années du maître -Anno Domini- fut défini. Tout cela en secret par des initiés qui attendent que vous les rejoigniez dans ce monde meilleur qui ouvre à présent ses portes... Et qui reste à organiser selon les désirs des humains, organisme terminal de la planète terre. C'était prévu, réglé au millénaire près. Qui que vous soyez, arrivé à la fin de ce texte, connaissez le sens de lecture. Il vous reste à trouver le chemin d'accès. Si vous ne le connaissez pas déjà. Il passe par les très grandes bibliothèques... et Internet !

L'homme est perfectible et capable de comprendre la sagesse des anciens, la vraie ! Les superstitions sont superflues mais on peut aussi les apprécier. Dans l'absolue scolastique, Jesus-Christ est bien le fils de Pythagore ; Moïse et David ses grand-pères (ça on le savait déjà); Zoroastre, Lao Tseu et Bouddha ses oncles et Mahommet le prophète, son petit cousin... Et déjà les visiteurs commencent à débarquer.
Si omnis igitur, etc. (comme d'habitude...)

________________
*
" La Magie des Nombres " par Eric Temple BELL
de l'Université de Californie. Paris/Payot 1952


Dernière édition par Admin le Mer 24 Fév - 21:06, édité 3 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 23
Date d'inscription : 27/10/2008

http://neos.topic-ideas.com

Revenir en haut Aller en bas

La magie en image

Message par Admin le Ven 17 Avr - 19:45


Voilà une belle illustration
de la Tétraktis de Pythagore
avatar
Admin
Admin

Messages : 23
Date d'inscription : 27/10/2008

http://neos.topic-ideas.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La magie du nombre

Message par Admin le Lun 6 Juil - 19:05

10 est le nombre de la tetraktys pythagoricienne : la somme des 4 premiers nombres ( 1+2+3+4 ). Il a le sens de la totalité, de l'achèvement, celui du retour à l'unité, après le développement du cycle des 9 premiers nombres. Pour les pythagoriciens la décade était le plus sacré des nombres, le symbole de la création universelle. C'est sur le dix qu'ils prêtaient serment en l'évoquant sous cette forme : La tetraktys en qui se trouvent la source et la racine de l'éternelle nature Tout dérive de la décade et tout y remonte. Elle est l'image de la totalité en mouvement.
La tetraktys forme un triangle de 10 points disposés en pyramide de 4 étages.
Au sommet un seul point symbolise l'un, le divin, principe de toute chose, l'être non encore manifesté. En-dessous, l'origine de la maifestation marquée par 2 points symbolisant la première apparition, le dédoublement par couple ou dyade, le masculin et le féminin, le phallus et l'oeuf, etc... Donc le dualisme interne de chaque être. Les 3 points correspondent aux 3 niveaux du monde : l'enfer, la terre et les cieux, aux 3 niveaux de la vie humaine : physique, psychique et spirituel. Les 4 points de la base de la pyramide symbolisent la terre, la multiplicité de l'univers matériel, les 4 éléments, les 4 points cardinaux, les 4 saisons, etc... L'ensemble constitue la décade, la totalité de l'univers réé et incréé.
Le 10, formule binaire correspondant au 2 dans les calculatrices électroniques, est avant tout le double de 5, soulignant le dualisme de l'être.
avatar
Admin
Admin

Messages : 23
Date d'inscription : 27/10/2008

http://neos.topic-ideas.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La magie du nombre

Message par Marie le Mer 16 Juin - 19:33



PHI, Le nombre d'or
PHI = (1+√5) ÷ 2 ≈ 1,6180339887...

Il existe un nombre d'or, nommé Phi, qui se trouve présent dans toute chose...
Véritable clef, cachée au coeur même de l'Univers,
il demeure un merveilleux témoignage d'harmonie, de beauté, et de Vie...
Les proportions des plantes, des êtres humains, des animaux
obéissent tous à la loi de Phi.
Et à leur tour, les hommes s'en inspirèrent pour réaliser leurs propres oeuvres
que ce soit
en peinture, sculpture, ou architecture...
avatar
Marie

Messages : 11
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

La magie en image

Message par Marie le Mer 16 Juin - 19:38

avatar
Marie

Messages : 11
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La magie du nombre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum