Onze domaines de connaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Onze domaines de connaissance

Message par Admin le Lun 3 Mai - 20:34

Nous déterminons onze domaines de connaissances qui se ramifient en plusieurs autres voies, chemins, sentiers et pistes. Nous les numérotons empiriquement selon leur apparition historique dans l'histoire des hommes.
- D'abord la Philosophie qui se contente de ce qu'elle peut avoir.
- Ensuite la Mathématique qui dénombre les possibilités.
- Puis la Géographie qui sert à se repérer dans le monde.
- Puis l'Histoire qui fait les conversations au coin du feu.
- Puis l'Art par lequel on façonne les outils puis les images.
- Puis la Médecine qui soulage et guérit.
- Puis la Science qui répertorie les savoirs.
- Puis la Religion qui fait appel à ce que l'on ignore.
- Enfin le domaine du Constant qui regroupe les actions de la vie de tous les jours.
Nous ajoutons à cela deux domaines fondamentaux qui sont à la base de l'univers que nous habitons :
- la Création (Yang) qui induit toute dynamique.
- la Contemplation (Yin) qui marque le repos et la saciété.
avatar
Admin
Admin

Messages : 23
Date d'inscription : 27/10/2008

http://neos.topic-ideas.com

Revenir en haut Aller en bas

1 - PHILOSOPHIE

Message par Admin le Mer 5 Mai - 20:34

C'est tout au début des connaissances humaines, quand l'homme devait s'adapter à son environnement, pour survivre. Sa façon de s'adapter, puis justement de penser à s'adapter induit la réflexion philosophique. Bien sûr elle a d'abord donné naissance aux superstitions, au fétichisme et puis aux religions. Mais en premier lieu il a bien fallut que l'humain prenne conscience de lui-même. Ne serait-ce que pour mieux se connaître lui-même.

La définition moderne de la philosophie provient du grec ancien φιλοσοφία, composé de φιλεῖν, « aimer » et σοφία, « la sagesse, le savoir », c'est-à-dire littéralement : « l'amour de la sagesse ») désigne une activité et une discipline existant depuis l'Antiquité et se présentant comme un questionnement, une interprétation et une réflexion sur le monde et l'existence humaine, ou encore comme un savoir systématique.

Différents buts peuvent lui être attribués, de la recherche de la vérité, et de la méditation sur le bien et le beau, à celle du sens de la vie, et du bonheur, mais elle consiste plus largement dans l'exercice systématique de la pensée et de la réflexion. Ancrée dès ses origines dans le dialogue et le débat d'idées, la philosophie peut également se concevoir comme une activité d'analyse, de définition, de création ou de méditation sur des concepts.
avatar
Admin
Admin

Messages : 23
Date d'inscription : 27/10/2008

http://neos.topic-ideas.com

Revenir en haut Aller en bas

2 - MATHEMATIQUE

Message par Pierre le Mer 26 Mai - 20:53

Quand l'humain se fût bien adapté à son milieu naturel, il lui fallut répertorier dans sa mémoire, avec des marques sur les arbres, avec des cailloux, des osselets, des morceaux de bois, toutes les choses dont il prenait conscience. Ainsi se format dans sa tête l'idée de calcul. Puis il commença naturellement à compter sur ses doigts. Le phénomène mathématique est antérieur à l'écriture ~7000 ans. Le premier objet reconnu attestant de compétences calculatoires est l'os d'Ishango datant de ~20 000.

C'est Pythagore qui donna ses lettres de noblesse au calcul en inventant La mathématique ~2500. D'où son étymologie grecque : le mot μάθημα (máthēma) signifie « science, connaissance ». Sa philosophie tient en trois mots : « tout est nombre ». Le grand apport de Pythagore, c'est l'importance de la notion de nombre et le développement d'une mathématique démonstrative (mais aussi religieuse). Pour un Grec de l'Antiquité, le nombre désigne toujours un nombre entier et signifie « système arrangé numériquement », « pluralité ordonnée », « chose structurée » ; d'autre part, « un » n'est pas considéré comme un nombre. Voir la table de Pythagore ou le 1 ne se multiplie pas avec lui-même. Chez les pythagoriciens, les choses sont des nombres, ou les choses consistent en nombres, ou les choses imitent les nombres (qui seraient des principes), ou les choses ont des nombres : un certain flou demeure.

Les mathématiques constituent un domaine de connaissances abstraites construites à l'aide de raisonnements logiques sur des concepts tels que les nombres, les figures, les structures et les transformations. Les mathématiques désignent aussi le domaine de recherche visant à développer ces connaissances, ainsi que la discipline qui les enseigne.
avatar
Pierre

Messages : 4
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

3 - GEOGRAPHIE

Message par Pierre le Ven 28 Mai - 20:35

Une fois qu'il eu bien intégré les notions de calcul, l'homme se mit d'abord à repérer ses itinéraires qu'il retraçait sur le sol, puis les parois des grottes qu'il habitait, de façon à transmettre l'information aux membres de la tribu. Bien sûr auparavant il avait bien gravé dans sa mémoire, les détours des montagnes, des collines et des plaines, les méandres des fleuves et des rivières, les villages et les lieux sacrés. Bref il analysait les détours et établissait le périmètre de son territoire. De la tradition orale, il a confirmé son savoir en établissant des cartes plus ou moins détaillées pour se diriger les plus rationnellement possible vers des buts précis.

La géographie [du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de "η γη" (hê gê) la Terre et "γραφειν" (graphein) graver] est l'étude de la planète, ses terres, ses mers, ses reliefs, ses caractéristiques, ses habitants, et ses phénomènes. La première personne à utiliser le mot « géographie » était Eratosthène (~2276-2194) pour un ouvrage aujourd'hui perdu. Pour les Grecs, c'est la description rationnelle de la Terre.

La géographie est la science qui étudie les interactions entre l'Homme et son environnement. Son champ d'étude s'étend des sciences humaines et sociales aux sciences naturelles, la géographie entretient donc de nombreuses relations avec les autres sciences.


Dernière édition par Pierre le Mer 4 Aoû - 16:46, édité 1 fois
avatar
Pierre

Messages : 4
Date d'inscription : 04/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

4 - HISTOIRE

Message par Marie le Mer 30 Juin - 19:56

Les récits préhistoriques ont commencés depuis le temps des veillées au coin du feu. Les exploits de chasses, de guerres, de survie, explorations et autres aventures se sont transmis de parents à enfants et petits enfants, de tribus en peuples. Cela bien avant la création de l'écriture. D'où les grands mythes primitifs qui ont stimulés l'imagination des humains.

Si les faits historiques furent conservés pendant longtemps du fait de la tradition orale, c'est avec l'invention de l'écriture qu'apparaît le récit historique proprement dit, qui est de beaucoup antérieur à la conceptualisation de la discipline historique. C'est pourquoi la plupart sont des épopées qui revêtent le plus souvent un caractère moral. Ce que les générations doivent connaître pour excercer leur choix de vie.

Le mot « histoire » vient du grec ancien historia, signifiant « enquête », « connaissance acquise par l'enquête », qui lui-même vient du terme ἵστωρ, hístōr signifiant « sagesse », « témoin » ou « juge ». Il a pour origine les Enquêtes (Ἱστορίαι / Historíai en grec) d'Hérodote. Littéralement, le mot ionien Historíai signifie « recherches, explorations », et dérive selon toute vraisemblance de la racine indo-européenne *wid- qui signifie voir, ou savoir pour avoir vu.

Les premières chroniques mésopotamiennes remontent au début du IIIe millénaire et se dégagent de toute influence mythologique à partir du début du IIe millénaire. Il s'agit de renseignements utiles aux dynasties, de listes décrivant année par année les événements d'un règne (celui d'Hammurabi), d'un État (Mari), voire, dans le cas de la chronique synchronique, de plusieurs États (la Babylonie et l'Assyrie). La vocation de ces listes est purement mémorielle et didactique, et elles ne sont pas exemptes d'un certain parti pris : il s'agit de faire connaître à la postérité sous un jour positif les faits et gestes de son souverain.

L'histoire en Grèce antique conserve certains de ces aspects en développant parallèlement des préoccupations littéraires et scientifiques comme en témoignent les œuvres d'Hérodote, de Thucydide et de Polybe. Hérodote (-484 ou -482, -425) est un savant grec qui parcourt durant sa vie l'Égypte actuelle et le Moyen-Orient, allant jusqu'à Babylone. Dans ses Enquêtes, il veut faire œuvre de mémorialiste et raconte des événements récents, les guerres médiques, « afin que le temps n'abolisse pas les travaux des hommes ». Il se place donc dans une perspective historique qui fait qu'on a pu le qualifier de « père de l'histoire ».
avatar
Marie

Messages : 11
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Onze domaines de connaissance

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum